LAC DES PERCHES

Le Lac des Perches est situé au pied de la Tête des Perches (1222 m), derrière le Rouge Gazon, sur la commune de Rimbach-près-Masevaux.
C’est un lac d’origine glaciaire qui a été rehaussé à l’aide d’un barrage au XVIème siècle pour l’alimentation de forges puis d’une usine textile.

Son appellation est Sternsee: le lac de l’Etoile. Le nom français provient d’une erreur d’interprétation du patois local, car il s’agissait primitivement du lac des Bers, du nom des sommets qui l’entourent. Mais « Bers » est devenu « Bärsch » en allemand, soit « perche »; la traduction française a suivi…

Activités: pêche, promenade.

 

LE ROUGE GAZON : HISTORIQUE

La première mention connue du ROUGE GAZON dans les documents historiques date de 1718, faisant référence à un bâtiment construit en 1716, mais il est possible que la chaume ait existé déjà au XVIème siècle, au même titre que la chaume des Neufs Bois (Neuwelden). La Chaume du ROUGE GAZON est de type secondaire, c’est-à-dire défrichée par l’homme, car elle se situe à une altitude où la forêt peut encore pousser. Propriété des Ducs de Lorraine, puis du Roi de France après 1766, la chaume a été vendue aux enchères à la Révolution. Aux mains de divers propriétaires, elle est louée à différents marcaires jusqu’en 1933, date à laquelle elle est achetée par la famille LUTTENBACHER.

Analyse du Paysage : Les bâtiments du ROUGE GAZON ont été implantés sur le flanc de la Tête des Perches, légèrement au Sud du col et à la même altitude environ, aux 2/3 supérieurs de la chaume proprement dite. La pente de la prairie est exposée au Nord Ouest. La partie supérieure de celle-ci est formée de pâturages (clôtures avec piquets et barbelés) à la végétation pauvre : bruyères, myrtilles. Fumée et irriguée, la partie inférieure est exploitée pour le foin. Sur les sommets avoisinants (Tête du ROUGE GAZON, Tête des PERCHES, HAUTE BERS), poussent des hêtres et quelques résineux. Un bosquet de hêtres se trouve à proximité immédiate des bâtiments et quelques arbres isolés parsèment le pâturage. La chaume est traversée par : l’ancienne route d’accès côté Sud-Ouest. Au-dessus, un chemin de terre, fréquenté par les randonneurs se dirigeant vers le Gresson et le Ballon d’Alsace, sert également à l’exploitation. Au Nord, la nouvelle route d’accès construite en 1980, classée départementale en 1986, et le chemin qui mène à la chaume des Neufs Bois, servant de piste de ski de fond. Un grand parc de stationnement empierré se trouve à l’emplacement du col, au carrefour de ces quatre chemins. La présence de remontées mécaniques n’est pas agressive : les poteaux se fondent dans le paysage. En partie aval des bâtiments se trouve une aire empierrée utilisée pour l’activité agricole. Les Bâtiments Existants : L’origine des bâtiments existants, hormis le lieu d’implantation inchangé depuis le début XVIIIème siècle, remonte à 1903, date à laquelle un incendie détruisit les anciens bâtiments en majeure partie en bois. La création à la même date d’une route carrossable facilite la reconstruction. Les nouveaux bâtiments sont sensiblement semblables à ceux dont prend possession « Seppi » Luttenbacher en 1933. En 1938, construction de 4 chambres supplémentaires côté hôtel actuel. En 1946, construction de 2 chambres à l’étage (côté étable). En 1947, agrandissement du grenier sur étable et toiture. En 1950, construction de 3 chambres avec salle de bains (côté hôtel actuel). En 1961, Fernand LUTTENBACHER succède à son père « Seppi ». En 1963, pose du chauffage central.En 1966, construction de la salle de restaurant « Pensionnaires » (côté amont). En 1968, installation du téléphone. En 1969, construction de la cuisine, et amenée de l’électricité (auparavant éolienne et groupe électrogène). En 1971, construction de l’Hôtel et jonction avec le bâtiment. En 1974, construction de la salle de restaurant (côté aval). En 1980, garage sous parking et construction de la nouvelle route, classée départementale en 1986. De 1981 à mars 1995 : Christine a repris la gérance de l’hôtel-restaurant. En Décembre 1995 : Christian reprend les rennes. En l’an 2000 : création du Nouvel hôtel avec 13 chambres familiales supplémentaires En 2009 : Christian reprend la gérance des téléskis et en automne 2009 : – Création de l’Espace Multiglisse avec installation du tapis roulant- Déplacement du jardin d’enfants tout près de l’hôtel – Installation d’un snack-bar sur pistes au pied du tapis roulant En 2010 : Réaménagement du local de la location de skis avec installation de sanitaires. En automne 2012 : début de rénovation des 24 anciennes chambres.

 

ARBORETUM

A dix minutes de marche du centre de Fresse sur Moselle (parking près des ateliers municipaux), l’arboretum s’étend sur plus de quatre hectares à une altitude variant de 560 à 590 mètres. L’accès en pente douce sur un coteau exposé au sud qui domine le village et la vallée de la Moselle. Depuis sa création en 1992, l’arboretum s’est enrichi de 200 variétés d’arbres d’espèces européennes locales et méditerranéennes mais aussi africaines, asiatiques et américaines. La qualité du sol et la bonne exposition du site ont favorisé l’adaptation de ces espèces. Des plaquettes d’informations sont exposées près des arbres pour le visiteur qui désire en faire la connaissance. Le domaine est en forêt communale. La gestion est confiée à l’Office Nationale des Forêts depuis sa création. L’espace est traversé par un parcours de santé de deux kilomètres qui fait le bonheur des sportifs et des promeneurs.

 

HAUT DE BÉLUÉ

Le Haut de Bélué est un sommet situé sur la commune de Rupt-sur-Moselle culminant à 870 mètres d’altitude.

Il surplombe la vallée de Grandrupt et offre un superbe panorama vers l’Est en direction de la vallée de la Haute Moselle, dominée par les silhouettes des ballons d’Alsace et de Servance.

Le site est agrémenté d’un chalet forestier ouvert au public, d’une aire de jeux pour les enfants, de tables de pique-nique ainsi que d’une table d’orientation avec vue sur les crêtes vosgiennes.

On peut accéder en voiture à 300 mètres environ du chalet.

Du centre de Rupt-sur-Moselle, prendre la route en direction de Le Thillot.

Au hameau de Saulx, prendre à gauche direction « vallée de Grandrupt » puis dans la vallée, monter à gauche direction « site de Bélué ».

La route passe à proximité du Haut Pré avant d’arriver au col de la Croix du Lait.

Au col, un chemin non goudronné monte sur la gauche et permet d’atteindre le Haut de Bélué.

Il ne reste plus que 300 mètres à parcourir à pied depuis la barrière pour atteindre ce lieu paisible.

Accès pédestre par le sentier de la croix.

 

RÉSERVE NATURELLE DE LA TOURBIÈRE DES CHARMES

Ensemble tourbeux de 40 hectares, le second des Hautes-Vosges en superficie. Elle a été classée Réserve Naturelle Régionale le 28 mars 2008 sur une surface de 68 hectares.

Elle est gérée par le Conservatoire d’Espaces Naturels de Lorraine et compte pas moins de 28 espèces protégées d’oiseaux, 15 espèces de libellules et 44 espèces de mousses.

Accès pédestre uniquement. La traversée de la tourbière est agrémentée de passerelles en bois.

Pour se rendre à la tourbière, il faut longer en voiture l’église de Rupt avant de s’engager sur la route de montagne direction le Dessus de Rupt, Aufaing, les Pâtureaux et se garer à la fin de la route goudronnée au lieu-dit La Houssière.

De là, suivre le chemin sur la gauche en direction du Chalet de la Vrille balisage anneau vert.

Après environ 500 mètres, s’engager à droite dans un chemin forestier non balisé : une pancarte vous indique l’entrée dans la Réserve Naturelle Régionale et amène à cette belle tourbière agrémentée de passerelles en bois pour protéger ce site naturel fragile.

 

TABLE D’ORIENTATION DE CHAILLON

Le sommet de Chaillon, à une altitude de 634 mètres, est un site très prisé des randonneurs.

En effet, cette petite montagne facilement accessible depuis l’église du Thillot offre de somptueux panoramas sur la vallée, dont le principal est agrémenté d’une table d’orientation qui permet de reconnaître les sommets environnants.

A proximité se trouvent bancs, aires de pique-nique et même un charmant petit étang niché dans un écrin de verdure.

 

TABLE D’ORIENTATION DE LA TÊTE DES CHAMPS

Dominant le village du Ménil du haut de ses 997 mètres, la Tête des Champs, sur laquelle une table d’orientation a été érigée, offre un superbe panorama sur la Vallée de la Haute Moselle vers le Sud et la Vallée de la Moselotte vers le Nord. La Chapelle de la Salette se trouve en contrebas du sommet.

 

LE DRUMONT -TABLE D’ORIENTATION – PATRIMOINE- MONUMENT-

Haut lieu de résistance, la Chaume du Drumont fut incendiée par les Allemands le 23 septembre 1944. De durs combats y furent livrés par le Corps Franc Pommiés fin novembre 1944. Une plaque évoque le sacrifice de ces volontaires.

À 1 200 m une table d’orientation du club alpin français datant de 1891 explique le merveilleux panorama circulaire. Le coup d’œil sur la vallée découvre Bussang, niché sur le flanc de la Tête des Corbeaux. Le panorama sur le Ballon d’Alsace, le Rossberg et le Grand Ballon est tout simplement grandiose. Au sud, par temps très clair, on voit les Alpes Suisses. Le panorama offre une alternance de sommets boisés et de vallées urbanisées.

 

SOURCE DE LA MOSELLE

La fontaine située sur la route des sources au pied du Drumont à 735 m d’altitude matérialise officiellement la source de la Moselle.

Cependant la rivière se forme de la réunion de plusieurs ruisseaux dont certains sourdent à plus de 1000 m, sur les pentes du Grand Drumont.

Après un long parcours de 560 kms, la Moselle se jette dans le Rhin à Coblence en Allemagne qui n’est pourtant qu’à 262 kms de Bussang à vol d’oiseau ! 

La source est signalée par un monument en granit qui a été érigé le 23 mai 1965. Elle est située au-dessous du Col de Bussang.